connaissez-vous  givert?

poète    auteur de théâtre   romancier

Paul Roland
revue Froissart n° 68

avez-vous lu Givert?

En quelques mots, Yvon Givert peut éveiller un instant de pure contemplation[...]

Ces haltes réservées à l'étonnement et au silence, on les retrouve tout au long de la route des poèmes[...]

L'humour est souvent présent comme un signe de santé, pour conjurer l'absurdité de la vie et des mots [...]

Rien n'est plus éloigné de cet art que la rhétorique et le procédé [...] 

Quand je pense aux poèmes d'Yvon Givert, j'entends d'abord un carillon de quatre mots: invention, malice, rebond, clin d'oeil

Yvon par ses proches

Yvon tel qu'en lui-même

Yvon vu par les autres

sa poésie-1

poésie-2

poésie-3

théâtre 1

théâtre-2

romans

nouvelles1

nouvelles2

nouvelles3

pour prendre congé

biobibliographie

chrono-biographie

" il marche dans l'escorte à contre-temps de la fanfare", de toutes les fanfares.
Ni d'école, ni de chapelle, inclassable, superbement rebelle [...]
[...] né blessé, sous un ciel gris de Borinage, Yvon Givert déchire à belles dents les cartes d'identité.
Il revendique d'être ailleurs, je et l'autre, singulier et pluriel, crieur de midi  Et  porteur de foudre
grain de sable  Et  volcan de haute incandescence.

Ecorché, sans doute. D'où viendrait la parole?
Ecrire à vif, écrire vif, plaie ouverte et griffes dehors. Et puis cligner de l'oeil.
Savoir que l'écriture aussi est d'ordre dérisoire.

Peut-être ce minuscule balancier aux mains d'un funambule.
Monique Dussaussois  -  Lectures 43 mai - juin 1988

photo geoffroy

photo Jean-Luc Geoffroy



[...] discrètement il prépare son dixième recueil de poèmes, L'ombre de l'alouette
Modestement il répond que les Institutions de radio-télévision allemande et la BRT ont créé certains de ses textes.
La RTBF a suivi...
Avec simplicité il énumère une dizaine de pièces écrites pour la scène.
Avis aux éditeurs: N'aboie plus Arthur, la lune est malade est un recueil inédit de quinze nouvelles, dont Le Soir a donné un avant-goût avec La Pieuvre et Zénobe l'opticien qui ont inspiré Royer.
Voici donc une quarantaine de textes.
Le poète et le dramaturge tous deux s'imposent dans l'oeuvre; les pièces, sans exiler le poète, parlent pourtant le langage théâtral, il faut le souligner [....]

[...] L'oeuvre d'Yvon Givert est peu connue et méconnue.
C'est que l'homme se tient à l'écart de toutes les coteries, que l'écrivain s'emploie à mettre l'homme à nu avec des mots parfois cruels, souvent féroces, mais pudiquement tendres [...]

[...]On appliquerait volontiers à l'auteur une parole prise chez André Baillon:
"Des mains sans gants, des mains de pauvre, et dans ces mains, une oeuvre".
Nicole Cabes   Chronique d'une Théâtreuse - Les dossiers du Cacef n° 94 - février 1982